La big data c’est quoi ?

with Pas de commentaire

big data définition

Les professionnels du marketing n’ont plus que ce mot là à la bouche : big data.
L’avenir du digital sera big data ou ne sera pas.

Oui mais c’est quoi au juste ?
De nos jours, vous, moi, tout le monde (même si certains peuvent encore faire de la résistance), sommes hyper connectés. Via les réseaux sociaux, les comptes internet que nous créons pour nos achats en ligne, les informations que nous communiquons ou laissons de part et d’autres de notre vie digitale quotidienne… les données nous concernant étant devenues massives, on les nomme désormais les « big data », les « grandes données » en français dans le texte.

Ces informations collectées sont devenues tellement volumineuses, qu’aujourd’hui les outils classiques de gestion des bases ne suffisent plus pour gérer l’information, croiser les données et en extraire les comportements « prédictifs » des humains que nous sommes.

Le champs des possibles et qui s’ouvrent notamment aux entreprises est énorme en termes d’analyses de tendances, de comportements, de gestion des risques divers et variés.

Bref et vous l’aurez donc compris, l’enjeu, quand il s’agit de marketing, de consommation et de communication, est important. On se dirige tout droit vers une ultra personnalisation des messages publicitaires et médias. Le bon message, à la bonne personne, au bon moment et par le bon canal de communication n’est plus nécessairement une attente utopique de la part des annonceurs.

L’idée ici n’est pas forcément de se demander si éthiquement c’est une bonne ou une mauvaise idée, mais de voir en quoi les petites structures peuvent appréhender cette problématique en devenir de la big data.
Car qui dit big data dit Cloud, NoSQL, stockage, serveurs… autant de notions techniques pas forcément évidentes à comprendre ou à mettre en place de prime abord.

Les nouveaux outils estampillés Big Data doivent désormais répondre à la problématique des 3V :
Volume, Variété et Vélocité.
Pour un site e-commerce quelque soit sa taille, les données intéressantes à récupérer et à analyser sont :

– la provenance des utilisateurs
– leurs comportements de visites, d’achats
– leur identité sociale en dehors du site

L’ambition face à toutes ses informations recueillies : proposer des offres et des communications très finement personnalisées. Le bon produit/service pour la bonne personne.

Mais concrètement comment fait-on ?

En plus d’utiliser un outils de tracking et d’analyses de fréquentation de votre site (ce qui est un pré-requis), il peut être intéressant même pour une petite structure d’utiliser des méthodes et des outils d’analyses complémentaires. J’en retiendrais deux :
– A/B testing : la possibilité de tester sur des échantillons cibles deux mises en page différentes d’une même communication (Home Page, pages internes de sites, emailing,..). Une méthode très performante et dont les enseignements peuvent permettre d’améliorer nettement vos taux de conversion.
– Trigger Marketing : c’est à dire, les actions marketing qui consistent à déclencher automatiquement l’envoi de message ou de communications ultra-personnalisées suite à une action du client ou du prospect : accueil, remerciements, rappel panier, information suivi de commande, suggestions de produits,… Les scenarii peuvent être nombreux et le retour sur investissement très avantageux. Le client ou prospect se sent enfin reconnu par la marque qu’il affectionne.

 

 

Suivre Lise Cussonneau:

Consultante communication web

Créatrice d'idées originales en communication web et social media

Répondre