Et si j’améliorais les performances de mon site grâce à l’A/B testing ?

with Un commentaire

ab-testing-web

D’accord, mais qu’est-ce que l’A/B testing ?

L’A/B testing, une technique marketing permettant de tester l’efficacité de vos pages en vous donnant, via des données chiffrées de fréquentation ou de clics, la possibilité de procéder à des choix de design, d’ergonomie ou de wording pertinents.

Le principe est simple : 50% de vos visiteurs verront une page, les 50% restant verront une autre version de cette même page. En fonction des performances réalisées par chaque version, vous serez en mesure choisir celle qui fonctionne le mieux pour votre site. Il s’agit là du protocole de test basique, mais bien sûr il est encore plus intéressant de procéder à des tests multivariés.

Ce procédé est très utile pour tester :

– la forme, la position, la couleurs, la taille de vos boutons d’actions (call-to-action)
– le choix, l’emplacement des images d’une page
– la force, le dynamisme d’un texte d’une accroche de lien
– la présence de vidéos
Et bien sûr de tout autre élément de design et d’architecture du site.

La technique de l’AB testing peut être mise en œuvre à différentes occasions :

– lancement ou refonte d’un site pour tester l’efficacité notamment de sa home page et/ou landing page
– nouveau produit ou service à vendre en ligne
– mise en ligne d’un formulaire d’inscription à une newsletter
– intégration de bannières publicitaires…

Bref, l’AB testing est bien utile pour chaque page proposant des actions à vos visiteurs.

Alors dans la pratique, comment cela se passe :

  1. On commence par recenser sur son site toutes les pages impliquant des actions (clics, achats) de l’internaute
  2. On établit un classement par priorité et on teste d’abord et surtout des éléments qui sont susceptibles d’avoir le plus d’impact pour vous, que cela soit en termes de ventes ou de visites. La priorisation dépendra de la nature de votre site (e-commerce, vitrine, informatif). Pour vous aider à choisir, dites-vous que le test doit porter en premier sur les zones de votre site dont les conséquences des changements peuvent être majeurs : positionnement, couleurs et taille des boutons call-to-action, wording de titres et de liens. Attention, lancer un A/B testing dans le but de réaliser des améliorations mineures et plus contre productif et décevant qu’autre chose.
  3. On choisit ses outils.
    Il y a désormais pléthores de logiciels intégrés (SaaS) sur le marché et bien évidement peu sont gratuits. Il vous faudra donc un peu de budget pour vous lancer dans ce genre d’opération, néanmoins il s’agit là peut-être d’un coût à envisager en phase de lancement ou de refonte importante pour des sites e-commerce, et cela même lorsque l’on est une PME, voir une TPE.
  4. On analyse et interprète les données recueillies : et c’est là le plus gros du travail stratégique. L’A/B testing vous fournira de nombreuses informations qui vous serviront effectivement à confirmer ou infirmer certaines de vos hypothèses quant à la fréquentation et au taux de conversion de vos pages, mais vous obtiendrez aussi des données qui doivent vous permettre de mieux comprendre l’expérience utilisateur, de vos visiteurs afin d’avoir un impact plus global sur votre stratégie digitale.

 

Quelques outils de tests A/B :

Les francophones :

A/B tasty : abonnement au mois (engagement annuel) ou à la carte, fonctionnalités en fonction des besoins (les tests multivariés ne sont possibles que pour les formules Pro et Entreprises). Essai gratuit possible.
Kameleoon : abonnement au mois et tarifs en fonction du nombre de visiteurs testés, toutes les formules disposent des mêmes fonctionnalités, dont les tests multivariés. Essai gratuit possible.

Le leader US :

Optimizely : propose deux formules, une offre starter gratuite et limité (en fonctionnalités et en temps) et une pro à définir.

L’option gratuite :

Google analytics : l’ancien outil d’optimisation Google a été intégré au tableau de bord GA et permet pour ceux qui utilisent cette solution d’analyse de performances de procéder à des tests.

La bonne idée en plus :

On peut (et on doit) bien évidemment réaliser des tests A/B pour des newsletter et emailing, notamment pour tester la performance de ses objets de mail. Mailchimp par exemple propose la fonctionnalité pour les comptes payants professionnels (pour les bons élèves, la fonctionnalité peut être débloquée comme un bonus :-)). Mais il est également possible de réaliser le test de façon « artisanale » à divisant sa base en deux pour envoyer deux communications différentes et en interpréter les performances.

Pour aller plus loin sur le sujet :
Je vous conseille la lecture de l’article Jean-Noël Rivasseau, cofondateur de Kameleoon sur le blog de l’agence Webmarketing&com où il est question de personnalisation. Via le principe et les résultats de l’A/B testing, une stratégie URM (user relationship management) vise à proposer à vos visiteurs une expérience utilisateur réellement personnalisée, car axer sa stratégie de développement sur des valeurs user centrics, c’est à dire remettre l’utilisateur/consommateur au centre des dispositifs web, est bien là l’un des enjeux des stratégies digitales de demain.

 

Pour d’autres bien bonnes idées contactez-moi.
Pour proposer de nouvelles questions de stratégies, c’est ici qu’il faut remplir le questionnaire.

N’hésitez pas à réagir à ce sujet dans les commentaires en-dessous.

Et bien sûr, si cet article vous a rendu service, partagez-le sur les réseaux et/ou à vos contacts !

Suivre Lise Cussonneau:

Consultante communication web

Créatrice d'idées originales en communication web et social media

Une réponse

  1. Alexis Chevallier
    | Répondre

    Et pour les débutants de l’A/B testing nous avons rédigé une chronique avec 3 conseils pour bien débuter dans la pratique : http://www.webmarketing-com.com/2015/02/05/35364-3-conseils-pour-les-debutants-de-lab-testing

Répondre